• Sur le chemin de l'hôpital j'ai essayé de me calmer autant que je pouvais mais j'ai vu le visage de papa d'une façon que je ne l'ai jamais vu.

    J'avais hâte d'arriver pour qu'on sache ce qui s'est passé exactement et pour arrêter de paniquer. 

    ♦ 50 ♦

    Une fois arrivée, papa m'a ordonné de rester assise ici pendant qu'il va chercher ce qu'il se passe, il en a de bonnes lui, je suis au bord du trou, prête à tomber dedans.

    Mais bon il avait l'air tellement paniqué que j'ai pas lutté, j'aurai les réponses aussitôt j'imagine.

    ♦ 50 ♦ 

    Seulement le temps passe et l'angoisse monte, c'est pire encore quand j'entends du bruit autour de moi. Je retiens mes larmes depuis un bon moment parce que je veux pas penser au pire mais j'ai ce sentiment qu'il s'est passé quelque chose de grave et la démarche de mon père lorsque je l'aperçois revenant vers moi me glace le sang.

     ♦ 50 ♦

    - Papa?! Papa ! PAPA !!! L'interpelai-je de plus en plus fort parce qu'il semble totalement ailleurs.

    - Maddy... Me regarde-t-il les yeux sombres. Je ne connais pas cet air à mon père et je saute sur mes pieds pour aller à son encontre.

     ♦ 50 ♦

    - Il se passe quoi ? C'est quoi ta tête? 

    - C'est fini, lâche-t-il, abattu.

    - Qu'est-ce qui est fini ? De quoi tu parles ? 

    - Maman... Noémie... déglutit-il alors qu'une larme coule sur ses joues, l'accident... c'était grave... Il semblait chercher les mots mais je crois avoir compris l'élément principal et à l'instant un cratère s'ouvre sous mes pieds me faisant tomber à genoux et je le sens se laisser tomber lui aussi.

    - Non !

    - Je suis désolé. Elles nous ont quittés.

    ♦ 50 ♦ 

    - Tu mens, sanglotai-je.

    - Les médecins n'ont rien pu faire, ils...elles... Je comprends qu'il essaie de se contenir mais s'il dit la vérité... je suis engloutie.

    - Maddy, il va falloir être forte. Se reprend-il.

     ♦ 50 ♦

    - Etre forte? Pleurai-je de plus belle. J'ai perdu ma mère et ma sœur aujourd'hui !

    - J'ai perdu ma femme et ma fille, lâche-t-il en se relevant tout en essuyant ses larmes.

    - Papa...

    - Je suis désolé, souffle-t-il d'un air que je ne lui connais pas, il est complètement déconnecté de lui-même on dirait.

    Qui ne le serait pas dans un cas comme celui-ci... Notre famille vient d'être amputé de deux membres et je suis incapable d'arrêter de pleurer, incapable de calmer mon coeur qui se brise.

    ♦ 50 ♦


    5 commentaires
  • ♦ 51 ♦

    Quelques heures...jours où j'ai eu l'impression de tomber dans un trou infini se sont écoulés... J'ai vraiment du mal à me ressaisir, aujourd'hui est cette fichue journée où on va devoir leur dire adieu... Aujourd'hui, le dernier jour de l'année... 

    ♦ 51 ♦ 

     Et comme souvent en ce moment c'est dans la chambre de Noémie que je me suis retrouvée à pleurer lorsque Lara est arrivée. Elle vient me voir au moins une fois par jour même si elle peut pas toujours rester longtemps.

    ♦ 51 ♦ 

    - Va falloir que tu te reprennes Maddy, m'attrape-t-elle par les épaules.

    - C'est facile à dire ça.

    - Je sais bien que tu souffres mais tu veux être dans cet état tout à l'heure? 

    Je secoue la tête en soupirant. 

    ♦ 51 ♦

    - T'es plus forte que ça. 

    - C'est compliqué je pleure dès que je pense à elles.

    - Je ne peux pas comprendre ce que tu ressens c'est certain, mais essaie de te ressaisir, regarde le calme de ton père.

    Je songe à mon père que j'ai entendu sangloter dans sa chambre, c'est vrai que je ne suis pas la seule à avoir perdu deux personnes.

    - Bon je t'attends en bas, tu vas passer à la salle de bain et tu te prépares, Josh va arriver.

    - D'accord. 

    ♦ 51 ♦

    Je la regarde sortir en soupirant je sais qu'elle a raison mais comment je suis censée rester calme. La nouvelle année va commencer sans elles dans nos vies, j'ai l'impression que c'est un mauvais rêve.

    ♦ 51 ♦ 

    - Un cauchemar, oui, soufflai-je en regardant autour de moi, cette chambre ne verra plus jamais le rire de Noémie, le sourire de maman. Avant de me remettre à pleurer, je sors et vais me rafraichir comme promis à ma meilleure amie.


    votre commentaire
  • ♦ 52 ♦

    C'est donc entourés des proches de la famille que nous avons dit nos derniers adieux à Noémie et maman. Je ne sais pas trop comment je me tiens debout mais j'y arrive, aidée par mes amis. Papa lui aussi a le soutien de ses amis mais son regard est tellement triste que lorsque les gens ont commencé à partir je suis restée dehors accompagnée de Josh et Lana pour essayer de m'apaiser afin de pouvoir rester aux côtés de papa ce soir sans me remettre à pleurer. Parce qu'on ne peut pas être terrassé tous les deux, sinon on s'en relèvera pas et je commence tristement à m'en rendre compte.

    ♦ 52 ♦ 

    Après un moment, Lana est partie voir comment ça se passe pour les adultes restant et Josh semble perdu dans ses pensées. J'en profite donc pour essuyer mes dernières larmes, elles refusent de s'arrêter mais il le faut. 

    ♦ 52 ♦

    - Tu vas bien ? Lui demandai-je quand même devant sa façon de tenir sa tête et ainsi me préoccuper d'autre chose.

    - Un peu mal au crâne, mais t'inquiète. Ca va toi tu te sens mieux ?

    - Oui, enfin autant que je le puisse.

    - C'est quoi vos projets à ton père et toi pour ce soir du coup ? 

    - Rien. On a pas du tout la tête à bouger.

    - C'est normal, intervient Lana qui revient vers nous.

    ♦ 52 ♦ 

    - Ca donne quoi ? M'interessai-je.

    - Tout le monde est parti, ton père t'attend.

    - Ok, je vais aller le voir.

    - On devrait vous laisser alors. Conclut-elle. 

    ♦ 52 ♦

    - Ouais, on va y aller, confirme Josh.

    - Je pensais que vous alliez rester un moment, m'étonnai-je.

    - Non..Je...Tu sais j'ai mon mal de crâne là et de toute façon tu devrais passer un moment avec lui.

    - Il a raison, il a l'air ailleurs ton père, encore pire que toi.

    - Ok, soufflai-je. Merci en tout cas d'avoir été là, ça m'a beaucoup aidé.


    votre commentaire
  • ♦ 53 ♦

    - T'inquiète, sourit Josh.

    - C'est normal et tu sais elles vont me manquer à moi aussi, je les connaissais depuis longtemps ajoute Lana pendant que Josh se lève pour la rejoindre.

    - Je sais.

    - On s'appelle, du coup. Hausse-t-il les épaules.

    - Ouai pareil, acquiesce d'ailleurs celle-ci.

    - Bon bah d'accord, et passez un bon réveillon, on se verra l'année prochaine.

    Ils sourient et s'éloignent déjà.

     ♦ 53 ♦

    - Tu parlent d'un fin d'année, soupirai-je une fois seule avec moi-même. 

    Quand je pense qu'il y a quelques jours encore on était au ski tous ensemble à rire en famille, à fêter Noël et qu'aujourd'hui au lieu de finir l'année dans la joie et la bonne humeur je la termine avec un trou béant dans le coeur.

     ♦ 53 ♦

    J'ai rassemblé tout ce que je pouvais et pris un grande inspiration, je dois aller voir papa et faire en sorte qu'il ne s'inquiète plus pour moi. Lana a raison on a tous les deux perdu la moitié de la famille. 

    ♦ 53 ♦

    - Ok. Merci, entendis-je en poussant doucement la porte pour entrer dans l'église.

    - Non vraiment. Oui. D'accord, au revoir. Conclut-il avant que je le vois ranger son téléphone dans sa poche. 

    ♦ 53 ♦

    - C'était qui? Résonne ma voix dans cette église à nouveau vide.

    - Un collègue qui n'a pas pu venir.

     - Ok. Mais papa on est dans une église, tu aurais dû téléphoner dehors.

    - Je sais, je n'ai pas réfléchi, grimace-t-il. Tes amis sont repartis? 

    - Oui, tu sais ils ont des projets pour la soirée, qu'on soit en deuil nous, ne peut pas les empêcher d'aller s'amuser.

    ♦ 53 ♦ 

    - C'est vrai, admet-il en se levant, tu rentres avec moi? 

    - Evidemment, je reste avec toi à la maison ce soir, j'ai pas la tête à faire autre chose.

    - Je comprends bien. Allez c'est parti, tourne-t-il déjà les talons, j'ai quelques appels à passer et comme tu me l'as fait remarquer c'est pas l'endroit pour ça.

    - D'accord, mais papa, tes appels sont importants? 

    - C'est pour répondre aux messages de condoléance souffle-t-il dans un haussement d'épaules. 

     J'acquiesce et le suis, de toute façon je ne sais plus ce que je suis censée ou non faire en ce jour, je vais juste suivre et voir ce qui se passe.


    votre commentaire
  • ♦ 54 ♦

    C'est ce qu'on peut appeler un réveillon non remarqué car nous sommes que tous les deux et j'étais dans ma chambre quand je l'ai entendu jouer du piano ce qui m'a sorti de mes pensées. Je le rejoins donc en bas pour passer la fin de soirée devant la télé comme on avait prévu. 

    ♦ 54 ♦

    J'arrive pas à me faire à l'idée que l'année débutera alors qu'on ne sera plus que nous deux. Je ne comprends pas comment en si peu de temps on est passé de la totale joie à la profonde tristesse. 

    ♦ 54 ♦

    - Papa, arrête de jouer on avait parler d'un film je te rappelle, l'interrompis-je surtout parce que je ne voulais pas que ca change en soirée larmes à nouveau, j'en ai déjà eu mon compte.

    - Je t'attendais. Mais tu ne regrettes pas de passer la soirée seule avec ton père? 

    - J'ai vraiment l'humeur à aller m'amuser tu crois ? Non. Je préfère rester ici cette année, je ferai différemment l'année prochaine.

    - Très bien, comme tu voudras, dit-il alors qu'il sort son portable qui était dans la poche de son peignoir pour répondre à un appel visiblement.

     ♦ 54 ♦

    - Salut Brian, répond-il aussitôt. Je comprends que voilà l'appel de son ami d'enfance qui n'a pas réussi à venir pour l'enterrement.

    - Cesse de t'excuser vieux, c'est les fêtes je peux comprendre, j'ai même dû insister pour réussir à faire la cérémonie aujourd'hui. C'est tout à fait ça.

    ♦ 54 ♦ 

    - Je voulais pas commencer l'année comme ça, oui voilà tout à fait, parle-t-il alors que je me sers les mains pour ne pas me remettre à pleurer.  Non je suis seul à la maison avec Madyson. C'est ça.

     ♦ 54 ♦

    - Venir ici? Oui mais comment c'est possible? Tu avais dit qu'aucun vol n'était dispo. T'es con je t'avais dit que c'était pas la peine.

    Je ne saisi pas tout de la conversation mais il me semble que Brian va venir à la maison, me reste à comprendre quand.

    - Bon d'accord à tout à l'heure espère de cinglé, raccroche mon père avant de se lever.

    ♦ 54 ♦ 

    - Il se passe quoi ? Demandai-je, perplexe.

    - Brian va venir passer quelques jours ici, si ça ne t'ennuie pas, il s'est libéré.

    - Il peut venir, haussai-je les épaules, il arrivera peut-être à te changer les idées avec ses bêtises...


    votre commentaire